3 habitudes pour être plus zen au travail

Mieux vivre au travail, c’est aussi prendre de bonne habitudes

J’ai toujours voulu être zen au travail.
Et j’ai d’ailleurs fait de gros très progrès sur ce thème là.

J’apprend toujours, même si il n’y a pas de comparaison aujourd’hui entre l’enfer que j’ai pu vivre il y a quelques années et ma situation aujourd’hui.

Alors, voici 3 conseils pour vous sentir plus zen au travail.

Vous avez sans doute… à peur près tout à y gagner. ^^

D’ailleurs, j’ai même un conseil « pépite » en fin d’article que je vous réserve en surprise. si vous l’appliquer, à lui seul, ce conseil pourrait bien changer votre vie…

Bien remplir sa mission au travail

Le travail zenSi je suis ici au travail comme salarié de mon entreprise, c’est que j’ai passé un contrat avec mon employeur.

Et même si les conditions trouvées avec le temps ont pu changer, c’est ce contrat qui fait la base de notre relation (moi et lui).

Voilà les données du problème.

Mon employeur me paye pour effectuer une mission ou un travail. Nous sommes tombés d’accord sur les terme du contrat. Ma priorité N°1 à partir de là, c’est tout simplement de faire ce que ce contrat me demande de faire. C’est bien pour ça que je suis là. Tout le reste, devrait donc passer au second plan, tant que ma mission n’est pas faite.

On peut me reprocher de ne pas faire mon travail ou de mal le faire. Mais on ne peut pas vraiment me reprocher autre chose qui ne serait pas lié à ce dernier. A moins d’avoir un comportement gênant pour les autres, bien sûr.

Alors la première de toutes les (bonnes) habitudes à prendre est d’essayer de toujours faire son job. Et en ce qui me concerne, j’essaie de toujours faire en sorte que mon chef soit content de moi.

Car si celui-ci est content de moi, alors il me laissera tranquille, il me fera confiance et me donnera plus de libertés, voire il me donnera de nouvelles responsabilités, de nouveaux sujets à traiter, et si ça peut éviter la routine, c’est toujours ça de pris.

J’en reparlerai, mais tomber dans la routine, c’est aussi tomber dans une forme d’ennui et c’est même plutôt mauvais pour la santé. Eviter la routine est tout aussi important pour votre capacité à vous adapter à un monde qui bouge.

Mais attention, il ne s’agit pas d’accepter tout et n’importe quoi d’un patron tyran. Il s’agit uniquement de contenter celui-ci selon les termes du contrat qu’il a passé avec vous, pour la mission négociée et pour rien d’autre.

Bref, s’en tenir à ce qui a été convenu, et faire ce pour quoi vous êtes là,
c’est déjà pas mal.

Rien de plus.

Je fais donc tout pour mon possible pour faire bien mon travail. Car comme vous, le travail, j’y passe huit heures par jour (ou plus), autrement dit, le plus clair de mon temps dans la journée, c’est à dire et une bonne partie de ma vie (au moins 1 tiers).

C’est une raison suffisante pour faire de cette partie là, une réussite, vous ne croyez pas ? Personnellement, je pense même que le travail devrait apporter plus qu’un simple salaire sur une fiche de paye.

Disons idéalement aussi, le travail devrait vous apporterune bonne raison (et motivation) pour vous lever le matin.

Il devrait à minima me fournir un salaire raisonnable, mais aussi une assise solide me permettant en dehors d’assouvir mes passions.

Et puis bon, je ne sais pas vous, mais j’aime bien le travail bien fait. J’aime ça pour moi, et pour mon boss biensûr, mais surtout pour moi. Et oui, c’est un peu égoïste.

Mais en l’occurrence votre confort personnel au travail l’est aussi (égoïste).
Et tant mieux. On n’a qu’une vie :)

Et plutôt que de penser ça « égoïste », c’est avant tout vital pour être mieux… tout simplement.

En dehors que rassurer votre patron, boss ou manager, faire du bon boulot est plus gratifiant pour moi, pour vous, pour soi. J’aime rentrer chez moi le soir chez moi au chaud, sachant que tout va bien au boulot, pas vous ?

C’est la condition pour que je puisse me reposer enfin devant un bon film ou m’occuper de mes proches avec les idées claires, sans risquer une nuit de sommeil agitée parce que j’aurais laissé au boulot un dossier à moitié traité qui risque tout simplement de m’exploser à la figure sous quelques jours.

C’est quand même plus intéressant et plus valorisant pour soi.

Vous travaillez bien… vous avez des problèmes en moins.

Et franchement, des problèmes en moins, c’est de la liberté en plus.

Et puis personne ne remet en question le travail bien fait. Mon chef est content de moi. Mes collègues ne sont peut être pas les meilleurs amis du monde. Mes les relations avec eux sont plutôt bonnes, ou s’améliorent, puisque j’ai bien rempli ma mission… auprès d’eux y compris. ça paye !

Ou si vous avez un boss ou des collègues tordus (ça peut arriver, j’en ai eu moi aussi) et bien vous rendez la partie plus difficile pour eux quand votre travail est bien fait.

Rester ouvert sur l’extérieur

J’essaie autant que possible de rester ouvert sur l’extérieur.

C’est bien joli, mais l’extérieur, c’est quoi ? Il y a pour commencer mes collègues. Ceux de mon bureau, ceux des bureaux d’à côté, des autres étages ou bâtiments. Il y ceux avec lesquels je travaille, mon équipe, mon et mes chefs.

Il y a aussi mes « clients internes », ceux que je dois suivre de près et mes clients en dehors (ceux qui payent).

Les deux sont très importants (client internes et externes).

Et puis il y a le reste ailleurs. Le reste ? Ce qui se passe dehors, ce dont je peux m’alimenter pour me rendre plus fort, toutes les informations qui m’entourent comme une source d’inspiration permanente. Tout du moins, le but serait de prendre ce qu’il y a a l’extérieur pour s’en nourrir, mais attention, jamais au dépend de l’autre, plutôt dans un échange mutuellement positif.

J’essaie de faire ça même si ce n’est pas toujours facile.
Je parle en tant qu’introverti alors je sais de quoi je parle.

S’ouvrir à l’extérieur, c’est s’ouvrir au dialogue, faire son boulot tout en étant curieux. Curieux d’apprendre, de savoir comment font les autres, en quoi consiste leur job, leur fonction. C’est aussi s’intéresser à l’autre au delà du boulot quand le feeling est là.

Le truc, c’est d’interagir le mieux possible. Tout ceux qui nous entoure sont portés par un but, un objectif, des envies ou des soucis à résoudre. Et j’ai probablement sans le savoir quelque chose pour aider ces personnes à atteindre leur objectif ou à résoudre certains de leurs problèmes. Voilà le point de départ d’un échange qui pourrait bien être fructueux.

Apprendre de ce qu’il y a dehors, par l’échange, en donnant parfois et en absorbant une quantité d’informations triées sur le volet, sans perdre de vue votre mission bien sûr.

Entretenir vos passions en dehors du travail

Les passions, ça aide pas mal. S’intéresser vraiment à quelque chose, c’est plus facile quand c’est passionnant. On peut très bien être passionné par son travail. Heureusement, beaucoup de gens aiment ce qu’ils font tous les jours au boulot. Encore faut il avoir essayé pas mal de choses… pour trouver ses passions. J’ai mis pas mal de temps à trouver les miennes.

Mes passions c’est quoi ? C’est tout simplement des activités dans lesquelles j’aime passer pas mal de temps. J’y construit quelque chose avec un but précis : progresser, apprendre, accéder à quelque chose, éprouver du plaisir, obtenir une perspective de plus ou des opportunités de plus dans la vie.

Mes passions m’apportent beaucoup, y compris au travail. Mes passions m’enrichissent, physiquement et/ou intellectuellement. Et c’est parfois ce qui m’aide à tenir lors de périodes difficiles au travail.

Malgré les difficultés, ça va au travail, parce que j’entretiens mes passions en dehors.

Le sport fait partie de mes passions. ça fait tellement de bien de se bouger à fond pour quelque chose en quoi on croit… tout en variant les plaisirs.

La passions, ça peut être vos proches ou vos enfants par exemple, ais je pense surtout à des activités extra professionnelle, comme le sport. Pour ma part, j’aime bien varier les plaisirs. Mai j’aime aussi le théâtre, l’écriture sur mes blogs, lire parfois… etc.

C’est en faisant un peu de théâtre que j’ai commencé à m’ouvrir au boulot. Certains collègues ont fini par me dire « tu t’es métamorphosé ».

Et puis il y a le blogging. Je suis bloggeur depuis quelques années. J’aime écrire, me laisser aller à écrire simplement. Bloggeur, c’est écrire sur ses passions justement. ça permet de les développer vraiment. J’ai créé un blog sur la Russie où j’écris mes trucs pour apprendre le russe et aussi celui-ci « Mieux vivre en entreprise ».

Et là, chaque heure passée est une heure consacrée à mon projet à moi. Sur ce projet, je fais CE QUE JE VEUX, sans personne pour me dire ceci ou celà.

C’est en développant mes passions que j’ai commencé à tenter de nouvelles choses, à prendre de l’assurance, à prendre des décisions mesurées et d’autres fois un peu plus de risques.

J’ai commencé à prendre du plaisir à travailler. Mon travail prenait un autre sens. C’était toujours dur, mais je rentrais chez moi le soir avec un plaisir toujours plus grand de retrouver mes passions là où je les avais laissées.

Et tout ça donne une bonne dose de motivation en plus, surtout si vous en avez mare de votre boulot, de votre patron, comme ça arrive maleureusement trop souvent.

Et mon conseil pépite ?

Vous allez voir, c’est un truc tout simple.

C’est simplement ceci : demandez-vous si ce que vous faites aujourd’hui vous rapproche de là où vous voulez être.

Demandez-le vous vraiment.

Et vous verrez qu’il y a toujours moyen de lier votre mission actuelle, ou au moins un moment dans votre journée pour vous rapprocher de votre but, de votre vie idéale.

ça vous donnera une motivation accrue et un avantage sur les autres. Vous le ferez, plus vous en retirerez de la force au quotidien.

Le plus dur, c’est juste d’appliquer cette petite règle.. tous les jours.

Et si ça vous aide, alors écrivez-le sur une feuille avec une belle écriture, une image zen… et accrochez le résultat quelque part pour que ce soit sous vos yeux, en permanence.

Comme ça, vous ne pourez pas l’oublier.

Et vous vous rapprocherez de vos rêves… beaucoup plus vite que vous ne l’avez peut être fait jusqu’ici.

Crédit photo : Un Un

Voilà, j’espère que ça vous plait.

Dites-moi simpement dans les commentaire si ça vous parle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *