3 habitudes pour être plus zen au travail

Mieux vivre au travail, c’est aussi prendre de bonne habitudes

J’ai toujours voulu être zen au travail.
Et j’ai d’ailleurs fait de gros très progrès sur ce thème là.

J’apprend toujours, même si il n’y a pas de comparaison aujourd’hui entre l’enfer que j’ai pu vivre il y a quelques années et ma situation aujourd’hui.

Alors, voici 3 conseils pour vous sentir plus zen au travail.

Vous avez sans doute… à peur près tout à y gagner. ^^

D’ailleurs, j’ai même un conseil « pépite » en fin d’article que je vous réserve en surprise. si vous l’appliquer, à lui seul, ce conseil pourrait bien changer votre vie…

Bien remplir sa mission au travail

Le travail zenSi je suis ici au travail comme salarié de mon entreprise, c’est que j’ai passé un contrat avec mon employeur.

Et même si les conditions trouvées avec le temps ont pu changer, c’est ce contrat qui fait la base de notre relation (moi et lui).

Voilà les données du problème.

Mon employeur me paye pour effectuer une mission ou un travail. Nous sommes tombés d’accord sur les terme du contrat. Ma priorité N°1 à partir de là, c’est tout simplement de faire ce que ce contrat me demande de faire. C’est bien pour ça que je suis là. Tout le reste, devrait donc passer au second plan, tant que ma mission n’est pas faite.

On peut me reprocher de ne pas faire mon travail ou de mal le faire. Mais on ne peut pas vraiment me reprocher autre chose qui ne serait pas lié à ce dernier. A moins d’avoir un comportement gênant pour les autres, bien sûr.

Alors la première de toutes les (bonnes) habitudes à prendre est d’essayer de toujours faire son job. Et en ce qui me concerne, j’essaie de toujours faire en sorte que mon chef soit content de moi.

Car si celui-ci est content de moi, alors il me laissera tranquille, il me fera confiance et me donnera plus de libertés, voire il me donnera de nouvelles responsabilités, de nouveaux sujets à traiter, et si ça peut éviter la routine, c’est toujours ça de pris. Lire la suite

Le masque au travail

Quel masque portez vous au travail ?

Le masqueYoung dit du masque : »Le masque nous aide à préserver la part la plus intime de nous-mêmes tout en établissant des relations avec les autres de manière à pouvoir vivre en société ». Il a d’ailleurs rapporté que la personne est le masque qu’elle porte.

Chacun de nous porte un masque au travail

Comme les acteurs, nous avons tous un rôle à tenir. La différence, est nous n’avons qu’un seul rôle, celui que nous occupons dans nos fonction tous les jours, employé, cadre, fonctionnaire, ingénieur, manager ou patron.

Pour tenir ce rôle nous avons  tous un masque, le masque du rôle en question. Vous avez sûrement remarqué ces femmes qui se maquillent chaque matin et prennent presque une demi heure, parfois plus pour refaire leur masque.

Et oui, car il s’agir d’un masque. Beaucoup d’entre elles vous diront qu’elle ne pourraient pas sortir sans ce maquillage, sans leur masque. Ce masque là fait partie de leur identité. Pour les hommes, c’est la même chose. Chacun va au boulot avec une parure, plus ou moins sophistiquée, plus ou moins affirmée ou soignées.

Et cette parure fait notre masque au travail. On peut même le voir comme un déguisement utile et même indispensable pour être le mieux possible dans son environnement de travail.

Toujours en représentation au travail et ailleurs

Oui, vous l’avez compris, nous sommes au travail en représentation constante… à moins que vous ne travailliez seul, sans collègues, mais c’est plutôt rare.

En réalité, nous sommes en représentation dès que quelqu’un se trouve à nos côtésNous portons tous un masque au travail… collègues, patron, familles, conjoint ou conjointe, amis… et nous tenons un rôle auprès de chacun d’entre eux. Attention, tenir un rôle ne veut pas dire ne pas être soi même. Vous jouez là votre propre rôle bien sûr.

Vous avez d’ailleurs sans doute remarqué des personnes de votre entourage qui sont tellement en représentation que cela en devient grotesque… Ils en font trop, un peu comme un mauvais acteur qui sur-joue.

La question est donc de prendre conscience de ce rôle et de ce masque tout en restant vous même, mais pas de surjouer bien sûr.

Prendre conscience de porter un masque

il faut savoir que tout le monde n’a pas forcément conscience de porter un masque, ni même de jouer un rôle… le sien. Il y a ceux qui ne le savent pas… et il y a ceux, moins nombreux qui le savent, en particulier ceux qui ont eu la chance de faire un peu de théâtre ou d’expression corporelle.

En observant bien les choses, on se rend compte que prendre conscience de son masque, c’est aussi se donner la possibilité de le modifier. Vous l’avez sans doute remarqué, certains au travail ont un look ou une allure tellement figée qu’il font presque de la peine à voir. Certains s’enferment même dans une image qui ne les aide pas à s’ouvrir, bien au contraire.`

Alors que d’autres réussissent à faire preuve d’un peu de variété dans leur personne, sans pour autant devenir excentrique. Varier les plaisir, changer de masque ou plutôt en changer certains aspect, permet de trouver un peu plus de liberté dans un cadre parfois très strict d’un travail où il devient plus facile de s’enfermer… que de s’ouvrir. Imaginez par exemple un visage triste et fermé qui tout d’un coup se met à sourire alors que ce n’est pas du tout dans son habitude. Le changement est très impressionnant. Il contraste tellement avec ce que les autres sont habitués à voir de vous, qu’ils risquent fort d’en être surpris… positivement.

Hors, vous l’avez deviné. Le but du jeu ici est bien de s’ouvrir pour mieux vivre au travail. Car plus l’on s’enferme, moins on trouve de liberté là où l’on se trouve.

Prenez conscience de votre masque, tranquillement, pensez-y de temps à autre. Vous verrez que vous remarquerez de petites choses auxquelles vous ne prêtiez pas attentions, jusqu’ici… de petites choses que vous pourrez améliorer parfois très simplement.

Le bon, le mauvais masque

Mais alors y a-t-il un bon ou un mauvais masque. La question est pourquoi avons nous un masque ? C’est tout simple, vivre, être, c’est porter un masque pour transmettre aux autres qui on est ou qui on voudrait être.

Certains d’entre nous portent un masque et se construisent un rôle inconsciemment pour ne pas montrer aux autres qui ils sont réellement. Par exemple pour mieux entrer dans le moule de tel ou tel emploi, de telle out elle communauté se disent-ils.

D’autre au contraire sont plus « vrais que nature ». Dans les deux cas il s’agit d’un masque. Le masque peut très bien ne pas cacher qui on est, et au contraire, le laisser voir, le mettre en valeur.

Il n’y a pas de bon ou de mauvais masque. Il se peut parfois que notre masque soit juste trop en décalage avec qui on est mais c’est tout. dans ce cas, le décalage se voit et il est perçu des autres. Les gens qui font trop d’efforts à être paraître quelqu’un d’autre en général, on les voit de loin. Par exemple, les hommes politiques ont souvent un masque qui dit le contraire de ce que le corps ou leur être dit. On en perçoit le décalage et étrangement cette contradiction fait qu’on a du mal à les croire. A juste titre, car dans ce cas le masque et la personne envoient des signaux contradictoires, autrement dit, l’un des deux vous ment.

Young  rapporté que la personne était ou devenait le masque qu’il ou elle porte.

Crédit photo (creative commons) : Lorenia

Vous avez pris conscience de votre masque. Cela vous a permis d’améliorer quelque chose de concret dans votre image. Faites nous en part dans les commentaires

La ou les respirations conscientes

La respiration consciente, point de départ d’une posture sûre

Votre respiration est au centre de votre personne – autant qu’elle soit consciente non ?

La respiration est très importante. Elle conditionne votre posture et tellement plus d’ailleurs. Elle peut même contribuer à changer votre image selon que votre respiration est totalement inconsciente, semi consciente, ou consciente.

Respiration conscientePlus votre respiration est inconsciente, plus votre posture risque d’être elle aussi subie, avachie, molle. A l’opposé, plus votre respiration est consciente, plus votre posture devient « active », ferme, énergique.

Au bureau, rester en position assise devant son ordinateur peut à la longue générer un mal de dos, des douleurs corporelles diverses, vous figer dans une posture toute relâchée et finalement, l’image que vous donnez n’est pas très valorisante. Vous paraissez mou, comme dévitalisé. Vous n’avez clairement rien à y gagner… ni admiration de vos collègues, ni la santé. Lire la suite

Le chien tenu par une corde

Le chien tenu par sa corde

Imaginez un chien tenu par une corde, elle même solidement attachée à un piquet. Prenons une corde de 3 mètres de longueur ou peu importe, mais disons assez courte. Le chien peut librement circuler tout autour du piquet avec une limite… la longueur de la corde. Il ne peut donc pas s’éloigner de plus de trois mètres par rapport au piquet.

Selon la manière dont le chien voit sa situation, le chien peut paraître prisonnier ou libre de faire ce qu’il veut.

Les règles sont simples. Elles sont clairement définies. il y a une limite qu’il ne peut franchir. A partir de là, le chien peut choisir soit de respecter les règles, soit au contraire de les refuser. Regardons ce qu’il se passe dans ces deux cas là. Lire la suite

Qui fréquentez-vous au travail ?

Avec qui a-t-on tendance à passer du temps au travail ?

Il y a les collègues et il y a ceux que l’on préfère fréquenter

Qui fréquentez-vous ?Sans le savoir, nous préférons être  avec certaines personnes, plus qu’avec d’autres au travail, pendant les pauses, pendant le déjeuner, à la machine à café, et en toute occasion où l’on trouve un peu de temps libre.

Il se peut que se tissent d’ailleurs des relations d’amitié au travail, pourquoi pas. Vous avez dit temps libre. Umm, mais attention, vous êtes au travail. Alors n’oubliez pas que vous êtes là pour travailler et pour rendre des résultats, pas pour copiner avec un tel ou une telle. C’est là, la raison principale de votre présence ici.

N’empêche que dans la vie et au travail y compris, on a plutôt tendance à traîner avec ceux qui nous renvoient une image positive de nous même. Nous préférons de même passer du temps avec les personnes qui ont ont nos qualités ou qui ont des qualités que nous aimerions avoir.

A contrario, on a tendance à fuir tous ceux qui nous renvoient une image négative de nous même, nos défauts, nos imperfections. Jusque là, c’est du bon sens. Lire la suite

Mémorisation – La méthode Lejeune

La mémoire, se souvenir, Lejeune

A quoi peut bien vous servir d’avoir de la mémoire au travail ?

Réponse : à parler de votre travail sans notes, à faire une présentation qui scotches vos collègues, à impressionner vos interlocuteurs, pour apporter de la valeur à vos clients en leur racontant une histoire que vous savez qu’elle va les intéresser ou tout simplement à ne pas interrompre une conversation parce que vous ne vous souvenez plus de ce que vous voulez dire… et oui, ça arrive aussi…

Bref, une bonne mémoire ou au moins une mémoire entraînée peut considérablement améliorer votre existence au travail et la bonne nouvelle est que la mémoire, ça s’entraîne. Lire la suite

Prononciation – la technique du crayon

Bien prononcer en réunion – comment faire ?

Articuler clairement grâce à la technique du crayon

Pour bien articuler lors de votre présentation et avoir une prononciation limpide et claire, rien de tel que la technique du crayon. Cette technique est utilisée par les acteurs de théâtre et de cinéma pour parfaire leur prononciation. Et pour m’en servir moi même de temps en temps, je peux vous dire qu’elle est hyper efficace et toute simple à utiliser.

Exercice crayon prononciationIl suffit d’un crayon et d’un texte, n’importe le quel, mais c’est mieux si il se rapproche de l’intervention orale que vous avez à faire, sinon, un autre texte fera l’affaire. Prenez un crayon et mettez le entre vos dents. Lisez votre texte à haute voix tout en gardant le crayon entre les dents. Prenez bien soin de prononcer clairement tous les mots de votre texte. Il est important que chaque mot soit lu clairement et à haute voix malgré le crayon. Lire la suite